Chargé d'études "Habitat" à la direction de l'Habitat de Nantes Métropole

    Licence pro (2007-2008) puis Master (2008-2010)

Comment es-tu venu en géographie à l'Université de Nantes ?

Titulaire d'un BAC Économique et Social, j'ai intégré l'IGARUN en 2005 car j'étais très intéressé par les thématiques de développement local, de peuplement, de rapport aux territoires. J'avais identifié les débouchés dans le domaine de l'aménagement du territoire dès mon arrivée en licence sans avoir en tête un métier précis.

Un premier stage d'observation pendant mon L1, dans une collectivité territoriale, m'a permis de définir les contours de mon avenir professionnel, cibler les domaines qui m'intéressaient le plus en l'occurrence les domaines de l'urbanisme, de l'habitat et du foncier.

Comment s'est passée ta vie universitaire ?

L'entrée à l'université s'est plutôt bien passée. J'ai pu comprendre tout l'intérêt de cette discipline, loin de celle que l'on apprend au collège, pas besoin de connaître ses départements français ou capitales de pays par cœur, rassurez-vous !

Plutôt intéressé par la géographie humaine et sociale, j'ai vu rapidement qu'on ne pouvait la dissocier de la géographie physique (que je trouvais plus scientifique et moins adapté à mon profil). L'enseignement développé au sein de l'IGARUN permet vraiment de comprendre les liens entre les deux et m'a fait adorer les deux aspects, naturels et humains.

Les cours de géographie n'ont fait que développer ma curiosité envers le monde qui nous entoure, m'ont permis de bien comprendre le pays dans lequel je vote, de parcourir la région dans laquelle j'ai étudié, de comprendre l'histoire de la commune dans laquelle je vis aujourd'hui.

Le travail sur les échelles de temps et d'espace à travers notamment les cours passionnants de cartographie. J'ai appris énormément sur le rapport à l'espace, comprendre l'espace hérité, l'espace présent, et l'espace à créer.

Je garde un excellent souvenir de ces cours magistraux qui permettent d'avoir un recul parfait sur les sociétés d'aujourd'hui.

Ensuite tu as fait une L3 pro

oui, à la fin de mes 2 premières années de licence, je me suis orienté vers la licence professionnelle de la Roche sur Yon Aménagement et Développement Local. Cette licence pro, avec un semestre de cours suivi d'un long stage m'a vraiment permis d'échanger avec les professionnels des collectivités et mettre un pied dans le monde du travail. Les contenus pédagogiques m'ont vraiment semblé en phase avec les attentes des professionnels et des collectivités.

Pourquoi avoir choisi de faire une L3 pro ?

J'ai choisi de m'orienter vers une L3 pro, plutôt que le L3 "classique", pour deux raisons :
- D'abord parce que le contenu de cette licence pro me convenait vraiment, et donnait beaucoup de concret à ce que j'avais pu apprendre pendant ces deux années de licence générale.
- D'autre part, j'ai choisi une licence pro pour sortir des études rapidement, tant par désir que par nécessité. Venant d'un milieu assez modeste, dans lequel la valeur "travail" est importante, le fait de passer par une filière courte et concrète paraissait plutôt rassurante (pour moi et mon entourage proche). Et puis cela me permettait que gagner ma vie plus rapidement.

En réalité je n'étais pas assez prêt à 21 ans à me lancer dans le monde du travail, c'est pourquoi les 2 années de master étaient aussi les bienvenues malgré les difficultés (finances, distance, ...) que cela pouvait engendrer.

Aujourd'hui, je dirais qu'il ne faut pas avoir peur de prendre le temps de laisser mûrir un projet professionnel, être persévérant et déterminé, quelque soit le monde, les difficultés ou la pression, qui nous entourent.

Comment t'es-tu orienté en Master ensuite ?

Donc, me sentant à peine près pour arriver dans le monde du travail à 21 ans, j'ai décidé de m'inscrire à un master professionnel à l'université de Rennes 2. J'ai donc effectué un Master Professionnel Aménagement et Collectivités Territoriales.

Les 2 années de master ont permis une certaine maturation des connaissances acquises en licence générale et professionnelle, et ont permis de vraiment concrétiser mon objectif professionnel.

Le stage de fin d'études a été primordial pour moi car il m'a permis de connaître une expérience professionnelle longue (6 mois) et permis d'obtenir un réseau de professionnels sur lequel j'ai pu m'appuyer avant de me présenter à mes premiers entretiens pour un premier poste.

Décris-nous ton parcours professionnel

Mon premier poste s'est déroulé au sein d'une collectivité de 25 000 habitants dans laquelle j'occupais le statut de chargé de mission habitat/agriculture. Il s'agissait d'un poste assez large puisqu'il permettait de travailler sur des problématiques à la fois liées au domaine urbain et rural dans une collectivité périurbaine d'une grande agglomération. Durant ces 4 années, j'ai été très polyvalent et bien compris le travail au sein d'une collectivité territoriale.

J'ai pu obtenir le concours de technicien territorial en 2012. Cela ouvre les possibilités pour devenir titulaire de la fonction publique territoriale.

En 2015, après plus de 4 années sur mon premier poste, je suis revenu récemment en région nantaise et occupe aujourd'hui un poste d'assistant chargé d'études habitat.

Décris-nous ton métier actuel

Je suis actuellement chargé d'études habitat au sein d'une direction habitat d'une collectivité de 600 000 habitants. Je réalise les parties traitements statistiques et cartographiques des données obtenues sur l'habitat (suivi construction neuve, commercialisation de la production, suivi de la demande locative sociale, bilans du programme local de l'habitat...) très utiles à la rédaction de notes, de bilans d'aide à la décision pour les élus. 

L'objectif est de fournir le maximum d'informations émanant de chiffres, d'études externes, de traitements cartographiques afin que le chef de projet PLH (Plan Local de l'Habitat) puisse transmettre des informations claires aux élus.

Qu'est-ce qui te plaît dans ce métier ?

Le chargé d'études dans un observatoire est un poste clé à la croisée des chiffres et des analyses qui en découlent. L'esprit de synthèse, la capacité d'analyse sont des compétences à part entière dans ce métier. Le travail en équipe avec la production de données pour un service ou une direction font la richesse de ce métier.

Quels conseils aux étudiants actuels de géographie ?

C'est un métier intéressant et très spécialisé au sein d'une importante collectivité. L'important est de se poser les questions sur les échelles d'intervention : Est-ce que je veux travailler de manière très spécialisée dans une collectivité importante, ou bien de manière polyvalente, élargie au sein d'une collectivité de moindre taille ?

La filière de géographie permet d'accéder à une multitude de débouchés et l'ensemble des compétences acquises durant l'université seront plus ou moins reprises selon le métier exercé. Pour se faire une bonne idée du métier, il ne faut pas hésiter à multiplier les stages en entreprises ou en collectivités et échanger avec des professionnels.